Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présidentielle 2012

Made-In-Blog orange

Recherche

7 avril 2006 5 07 /04 /avril /2006 10:02

Depuis une semaine et l'intervention du chef de l'Etat, les mouvements ne se sont pas calmés, on peut même dire que chez certains, cette déclaration a fait monter le volume des manifs.

La balle est maintenant dans le camp des syndicats de salariés et associations d'étudiants et de lycéens, à eux de prendre leurs responsabilités pour savoir terminer le mouvement qu'ils ont contribué à faire gonfler.

Si l'on en croit les dernières déclarations des responsables étudiants, ce n'est pas prêt d'arriver : on devrait même, selon toute probabilité, aller vers un durcissement des actions, comme on a pu le voir ces deux derniers jours (blocage d'un convoi Airbus, du dépôt de tramway de Nantes...).

Je ne comprends pas bien ce durcissement des actions (je suis peut-être bête ?) : le CPE ne s'appliquera de toutes façons jamais sous la forme combattue au départ par les étudiants, le CNE risque de faire les frais du mouvement, ou du moins dêtre modifié en profondeur, il va falloir tout recommencer pour trouver de nouvelles pistes d'actions envers les jeunes et après ça ils (les jeunes), ne sont toujours pas contents.

Ils aimeraient entendre un mot : retrait, ou abrogation ou un synonyme quelconque ... mais il ne faut pas qu'ils se leurrent : ils ne l'entendront probablement pas de manière aussi claire. En effet : une loi d'abrogation aurait pour effet de mettre et le chef de l'état et son PM sur des sièges éjectables à fonction quasi instantanée. Et, de toute façon, une loi d'aborgation ne passerait probablement pas à l'Assemblée Nationale, dont la majorité des membres sont du parti majoritaire....

Ils appartient donc aux responsables syndicaux et étudiants de calmer leurs troupes afin de terminer ce mouvement qui commence à exaspérer un grand nombre de citoyens qui ne peuvent plus travailler librement.

Et que dire de l'image de plus en plus négative de la France auprès de nos partenaires européens : de nombreux journaux titrent de plus en plus sur les mouvements de grève, les casseurs, les actions de blocus diverses... Sacrée publicité à l'orée de la saison touristique.

Espérons que chacun des partenaires saura lâcher un peu de lest pour que la situation redevienne normale dans les plus brefs délais.

Pour finir : Etudiants et lycéens retournez sur vos bancs d'étude pour essayer de vous construire un avenir !

Bonne journée

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-François Le Bihan - dans Actus
commenter cet article

commentaires

ALB 18/04/2006 19:40

Juste un mot pour signifier au guignol qui se cache derriere JF Le Bihan que les lycéens (et les étudiants dont je fais partie) qui ont une bourse pour poursuivre des études travaillent aussi l'été !Tu dois être un fils de bopurgeois pour ignorer à ce point la situation des étudiants en galère de fric !De plus, tes parents ne doivent pas bosser dans l'administration, sinon tu saurais que les jobs d'été tout trouvés sont ceux du privé...As-tu déjà travaillé l'été ?Mes parents sont enseignants et ma mère vient d'annuler une sortie avec ses élèves. Elle ne l'a pas fait "allègrement". Elle avait travaillé depuis le début de l'année pour financer cette sortie (dans les écoles du peuple, il ne suffit pas de demander l'argent des sorties aux parents...) Inutile de dire que tout ce travail est rémunéré en sourires d'élèves (ce qui n'alimente pas les comptes en banque...)Je ne connais pas ton métier mais je trouve que tu donnes beaucoup de leçons dispensées dans un bien mauvais français.J'ai suivi avec intérêt la partie que tu joues avec ton cousin ou je ne sais qui de ta famille. C'est très drôle !Mais je pense que tu n'es pas au niveau. J'adore quand "bernard" fait semblant de ne pas comprendre et que tu ne t'en aperçois même pas !Félicite le à l'occasion, il est vraiment bon, il te fait gagner des lecteurs ! Espérons que tu ne les feras pas fuir plus vite qu'il ne les attire !Bon courage ALB

Jean-François Le Bihan 19/04/2006 12:04

Bonjour,
Pour ta gouverne, sache que j'ai probablement été plus souvent qu'à mon tour en galère de fric n'ayant eu (étant donné mon handicap) bien souvent comme ressource que l'allocation adulte handicapée (actuellement environ 600€/mois). Quand j'étais étudiant, elle était d'environ 450€ soit moins de la moitié du SMIC !!! Et avec ça fallait tout payer !
Actuellement, je bosse (pour un SMIC) alors que j'ai bac+5 ... mais le handicap rend pragmatique !
@+
 
JF
Bizarre tes initiales on dirait celles de mon frangin ;-)

lef 09/04/2006 18:38

je voudrais réagir en tant que jeune lycéen
si une grève ne faisait pas "chier" les gens à quoi servirait elle ?
bien entendu, je suis contre toute forme de violence et donc contre la casse, ces faits sont pour la plupart du à des jeunes non politisé qui ne sont là que pour louper des cours (quand ils restent chez eux, la manif se passe dans le calme)
qui plus est , les ceux qui sont ralentis par les manif se montrent plutot violent ( à paris par exemple, cet automobiliste qui a foncé dans lycéens, moi même j'ai failli etre shooté lors d'une manif) ainsi la violence ne se déroule pas que dans un camp
enfin, les jeunes continuent de manifester car ils en ont marre de cette classe politique sourde ( Chirac est plutot dur de la feuille), ils en ont marre de ce gouvernement avec un premier ministre qui les prend pour de la merde (excusés l'expression).
je terminerais par ceci : CDI, CDD , CIE, CJE, RMA, CA ,CAE, CES ,CEC, emplois jeunes, CNE,et le CPE . un nombre incalculable de contrats, au lieu de faciliter me monde du travail Villepien n'a fait que l'alourdir avec un ènième contrat alors que des études montrent qu'il en faudrait moins
Mr de Villlepin devrait donc arreté de penser à son égo, et aux élections qui sont foutus pour lui .
merci et au revoir

Jean-François Le Bihan 10/04/2006 08:34

Lef,
Tu n'as pas tort quand tu dis que si une grève ne faisait pas chier, elle ne servirait à rien. Mais je crois que la cible n'est pas la bonne. Peut-on imaginer, au lieu de faire le blocus des universités, de faire un blocage complet de Matignon ou de l'Elysée ou de l'Assemblée, bref des lieux de pouvoir ? Si on bloquait nos hommes politiques peut-être se sentiraient-ils concernés par le mouvement, et beaucoup plus rapidement. En effet, ils ne réagissent qu'au bout d'un mois car ils sentent que l'économie va en prendre un coup (réel ou supposé), mais si ils subissaient un blocage direct, peut-être se sentiraient-ils plus rapidement concernés.
Dans les types d'emploi que tu cites, il y en a au moins 3 qui n'existent plus... Mais c'est vrai qu'un ou deux types de contrats seraient bien suffisants. Mais c'est un mal français : l'empilage de mesures sans retirer les anciennes. Ceci amène beaucoup de confusions et en général ne facilite pas l'emploi.
Bonne journée.

BN 09/04/2006 11:17

Bonjour !
Plutôt que d'essayer de répondre aux vraies questions (comportement et décisions des hauts responsables), tu te contentes de botter en touche !
Bien sûr que tous ces débordements sont inacceptables, mais encore une fois, il ne faut pas jeter l'opprobre sur tout un groupe à cause de quelques brebis galeuses.
Question chiffres : par rapport à l'ensemble de la population, quel est le % des votants exprimés pour Chirac au premier tour de 2002 ? 
Je ne sais que penser de ta phrase : " Le PS risquerait de se planter comme en 2002 au profit, hélas, de partis extrémistes."
Qui en a tiré profit en 2002 ?
Allez, bon dimanche !

BN 08/04/2006 15:10

Bonjour !
Alors là, tu as mille fois raison : quelle image de la France à l'étranger !
Chirac promulgue une Loi et demande simultanément qu'elle ne soit pas appliquée ! (oxymoron juridique ils appellent cela, ceux qui causent "top"...)
Borloo emboîte le pas et se met en grande délicatesse avec l'Article 432-1 du code Pénal, en prenant des mesures destinées à faire échec à l'exécution de la Loi, ce qui relève de la Cour de Justice de la République, étant données ses fonctions (5 ans d'emprisonnement minimum et 75 000 euros d'amende...)
Galouzeau, qui se tourne maintenant vers ceux qu'ils a toujours méprisés à l'Assemblée. Ce n'est plus le gouvernement qui s'occupe de la chose publique, c'est le Parti !  (LE PARTI, tiens, tiens!!!...ça me rappelle quelque chose ça...). La Loi étant l'expression de la volonté générale ne peut être le monopole d'un Parti : c'est dans le Préambule de la Constitution (Article 6 des Droits de l'Homme). Pas grave, on s'asseoit dessus !
Evidemment, comme tu l'écris avec tant de justesse, la Majorité des membres sont du Parti Majoritaire ! Le contraire aurait été plus embètant. Le ciel soit loué, tu n'as pas commencé ta phrase par la Totalité...j'aurais pas aimé la fin de la phrase pour notre chère Marianne !
Et avec tout ça, la balle est dans le camp des lycéens, qui doivent prendre leurs  responsabilités pour apporter une solution à la crise !...
Mais où va-t-on ? Une fois encore le chapeau serait-il trop lourd à porter ?
Tu nous parles de trouver des pistes d'action envers les jeunes. Franchement, ne serait-il pas plus judicieux de chercher des pistes avec les jeunes ? "Chercher" est bien entendu un point de départ et pas le point de non-retour que Galouzeau aurait voulu imposer.
Stop aux mélanges à la con : les jeunes (et moins jeunes) qui manifestent n'ont aucun point commun avec les casseurs ! Ces derniers relèvent du domaine des forces de l'ordre. Et contrairement à ce que tu as déjà écrit par ailleurs, ce ne sont pas nécessairement et uniquement des partisans gauchistes. On a déjà vu par le passé des droitistes et des fachos créer le coup de poing dans les manifs pour tenter de discréditer le mouvement. C'est même un grand classique du genre !
Il est temps de mettre un terme à cette politique de l'autruche : actuellement en France, le pourcentage des opposants au CPE assurerait une victoire écrasante à n'importe quel candidat à la Présidence. En 1995, Chirac a fait modifier la Constitution pour permettre au peuple de s'exprimer par Referendum sur les questions de Société. Qu'attend-il pour mettre en application ? Il a peur de prendre une claque dans la gueule ? Et que dire de Galouzeau qui "entend ceux qui ne disent rien" mais qui reste sourd aux millions qui défilent dans la rue ? Tu parles d'un tandem !!!
Rigolo, le coup du siège éjectable : si on abroge je dégage, donc on n'abroge pas ! Tout ce qui se passe autour je m'en fous ; ce qui compte, c'est de rester dans la place, c'est de me mettre et de rester au service de la France. Pour un peu, ils y croiraient vraiment ! Eux je veux bien, c'est leur boulot, c'est leur CPE à vie, mais pas toi voyons !
P.S. Comme tu l'as sûrement remarqué, je trouve plus démocrato d'interpeller les gens par leur nom de famille plutôt que par leur titre de noblesse. Je trouve que le nombre grandissant des  "de #, de $, de µ, de mon #, de mes #"  commence à faire un peu désordre dans cette majorité et, disons-le carrément, dans notre bonne vieille République Démocratique !
Bonne journée.

Jean-François Le Bihan 08/04/2006 16:09

Salut Bernard,
Tu écris "Et avec tout ça, la balle est dans le camp des lycéens, qui doivent prendre leurs  responsabilités pour apporter une solution à la crise !..."
Les responsabilités sont partagées évidemment, mais je ne comprends quand même pas l'attitude de petits cons (y'a pas d'autres mots) qui en partant manifester (ce que je ne conteste pas) s'amusent à taper dans les bagnoles de gens qui sont bloqués par le mouvement (situation vécue).
Comme je ne comprends pas les blocages de routes ou de voies de chemins de fer entrave à la circulation et au droit d'exercer librement son travail. Le droit de grève n'autorise pas, il me semble, à empêcher les autres de travailler. Or en bloquant les axes routiers, les gares et autres lieux ceci constitue une atteinte au droit de travailler.
Par exemple ce matin, le blocage d'Auchan Toulouse (et de toute la galerie) a empêché les salariés des boutiques de se rendre au travail. Les étudiants n'en ont rien a faire, car eux ne perdent pas une journée de salaire, mais les gens qui ont dû fermer leur magasin ont perdu une journée de CA, et ça pour certaines petites entreprises ça peut être catastrophique. D'ailleurs, dans les étudiants grévistes tu trouves peu de boursiers, qui eux ont vraiment besoin de fric pour poursuivre leurs études, pas comme d'autres qui ont leur job d'été tout trouvé dans l'administration où travaille Papa et Maman !
Tu écris encore "le pourcentage des opposants au CPE assurerait une victoire écrasante à n'importe quel candidat à la Présidence", c'est bien vrai ça, et d'ailleurs le PS commence à avoir la trouille de devoir se présenter aux élections dans 3 mois, ce qui fait qu'ils ne font rien pour faire stopper le mouvement. Ils le disent eux-même : notre projet est en cours d'élaboration. Donc si jamais Chirac démissionne avant l'été (et c'est pas impossible), le PS n'aura pas de projet établi pour la rentrée (possibles élections présidentielles) et risquerait de se planter aux élections (comme en 2002), au profit hélas de partis extrémistes (de droite ou de gauche)...
Enfin, tu écris : "Et que dire de Galouzeau qui "entend ceux qui ne disent rien" mais qui reste sourd aux millions qui défilent dans la rue". Sans parler de l'attitude du PM, il est vrai que les manifs ont réuni jusqu'à 3 millions de manifestants (je suis sympa, je prends les chiffres de la CGT).... ce nombre, certes important, fait que quand même 33.5 millions des 20-65 ans (donc en gros la population en âge de travailler) continue à bien sagement travailler (ou essayer d'aller au travail), étudier (essayer en tout cas). Les manifestants ne représentant au mieux que 8.5% de la population en âge de travailler, ce n'est quand même pas énorme. Et de plus en plus de personnes sont contre les mouvements des lycéens (voir le sondage en ligne sur le site www.lemonde.fr) . Sur ce même site, d'un journal qui n'est pourtant pas de droite, tu trouveras d'autres sondages tel que celui du 4 avril dernier qui indique qu'une majorité de personnes sont pour un arrêt du mouvement et que les discussions doivent reprendre...
Quand je parlais de "prendre les responsabilités", je pense cet après-midi à ce qui s'est passé hier à Paris, où un automobiliste, apparemment après avoir accroché un piéton est rentré dans des manifestants. Ceci risque de se produire de plus en plus souvent, mais ça Julliard s'en fout ! Il ne se sentira jamais responsable si jamais les choses tournent mal, ce sera la faute des politiques... Alors qu'il en est quand même bien responsable indirectement en appelant les jeunes à des manifs et des opérations coup de poing.
@+
Bonne journée